fbpx

jours 10 à 17 – Séjourner 1 semaine à El Nido, c’est vivre au paradis

Direction El Nido

Au départ de Port Barton, dernière galère, puisque le mini-van que nous avions réservé directement via facebook auprès d’une agence de voyage semble nous avoir oublié. Un coup de téléphone de la part de la proprétaire de l’hôtel chez qui nous dormions, et 2 minutes plus tard, confirmation : le van est parti. Pas de soucis, le directeur de l’agence nous organise un transport, ce sera donc en voiture privée façon SUV climatisé que nous partons pour 4h de route à travers l’île de Palawan pour rejoindre la tant attendu El Nido!

Au moment où nous sommes sur Palawan, un problème de transport empêche les bateaux de rejoindre Coron, autre destination où nous souhaitions finir notre périple.

Nos 7 prochains jours se passerons donc à El Nido, avant de rejoindre Manille pour clore l’aventure, et ce ne sera pas pour nous déplaire ! Au programme, paysage de rêve, couchers de soleil sans pareil et plages de sable fin à perte de vue…

 

El Nido ?

 Avant de continuer, un peu d’explication. Si vous voyagez à Palawan et que vous cherchez un endroit avec de superbes îles tout autour mais moins touristique qu’El Nido, Port Barton est fait pour vous. C’est une destination pas très connue encore mais elle devient de plus en plus populaire à Palawan. Nous avons donc choisi de nous arrêter dans ce village côtier. Port Barton n’étant pas (encore) relié totalement par la route asphaltée, c’est toujours la promesse d’un mal de fesse récompensé par une ambiance paisible à l’arrivée.

Qu’on se le dise, Port Barton n’est pas le village hors des sentiers battus où vous serez le seul voyageur intrépide, mais il règne encore une belle ambiance où locaux et touristes se mélangent, où il y a une vie locale et une atmosphère non lissée par un tourisme trop présent (comme ça peut être le cas à El Nido).

 

Situé face à la mer de Chine, le village d’El Nido se développe grâce au tourisme et en peu de temps, la beauté de l’archipel de Bacuit a fait d’El Nido une étape incontournable pour ceux qui voyagent aux Philippines car les pics de calcaire déchiquetés qui pointent vers le ciel et qui dessinent le paysage de la baie sont à la fois spectaculaires et paradisiaques. Tout simplement !

 

La particularité de ce paysage est qu’il n’est pas sur la même plaque tectonique et séismique que le reste des Philippines, mais il fait partie de celle qui a permis à la baie d’Ha Long au Vietnam ou aux paysages de Krabi en Thaïlande, de voir le jour. C’est pour cela que l’on y retrouve le même genre de paysages et de formations rocheuses. Un spectacle qu’il ne faut en tout cas pas rater !

Comment venir et se déplacer à El Nido ?

Pour faire simple, La plupart des voyageurs arrivent à l’aéroport de Puerto Princesa. Ce que nous avons fait, en faisant une halte de 2 jours à Port Barton. Mais il existe une autre option plus pratique. On peut arriver directement en avion. Et ça fait gagner des heures de transport en bus parfois pénibles. Ce sera notre option pour repartir à Manille.

En résumé, El Nido c’est la ville, qui se concentre autour de quelques rues près du port principal, et de façon plus étendue la partie entre la ville et Las Cabanas Beach (située à environ 10-15 minutes en scooter). Ce sera donc de nouveau l’option scooter. L’idéal, en sachant que l’on y reste presque 1 semaine, c’est de pouvoir négocier les prix. Et pour ça, il y a des loueurs à chaque coin de rue.

Où séjourner à El Nido ?

Côté hébergements, nous avons testé 3 types d’hébergements différents. Non pas par choix, quoi que l’expérience fût géniale, mais par forte fréquentation. A chaque fois nous n’avons réussi à réserver que 2 ou 3 nuits par logement.

  • Eco summer Cottage : Un petit havre de paix à El Nido. L’hôtel compte environ une dizaine de chambre, réparties dans des maisonettes individuelles faites de bambous, avec le strict minimum. Ventilateur, toilettes et douche rudimentaire. Mais le lieu est au calme, loin de la frénésie du centre. Et au sommet d’une colline accessible directement depuis le jardin, une vue à couper le souffle sur toute la baie !
  • El Nido Vacation Home (chez Saar) /. Directement chez l’habitant, ou plutôt directement chez l’expat ! Le logement appartient au patron d’un restaurant d’El Nido. Il s’agit en réalité plus d’un loft sur 2 étages caché sous une carapace de bambous. Le top !
  • BlueMango. Pour nos 2 dernières nuits, direction un dernier hôtel, plus classique chic. Et ce n’est pas plus mal pour finir en beauté le séjour.

Maintenant que vous savez où l’on est, voyons quoi faire à El Nido.

On fait quoi à El Nido ?

El Nido c’est une base pour manger, dormir, boire un verre et organiser ses excursions, point.

Pour le calme, la plage, les activités, c’est ailleurs que ça se passe. Et là, c’est un autre univers qui s’ouvre, une succession de merveilles uniques au monde. Un endroit qui vous fait oublier toutes ces petites déconvenues apportées par un afflux touristique mal maîtrisé.

 

Des plages de sables fin, aux paillotes à flanc de falaise pour boire un verre devant le coucher de soleil jusqu’aux excursions à travers les îles, voilà la programme de notre séjour à El Nido. C’est parti !

1er jour – Premier pas à El Nido

Fraîchement débarques après 4h de routes depuis Port Barton, bienvenue à El Nido. Le temps de rejoindre l’Eco summer Cottage et direction le centre pour s’acclimater à l’ambiance générale. L’hôtel étant un peu éloigné, ça nous permet de repérer tous les différents spots sur la route. Objectif : louer nos scooters pour pouvoir être libre pendant toute la semaine.

Une chose est sûre, on est loin du paisible village de pêcheur de Port Barton. Ici, le tourisme est priorité. Et tous les grands hôtels en devenir sont en pleine construction. 

Petit tour dans le centre ville et premier repas en bord de mer. Y’a pas à dire, le cadre est juste magique !

2ème jour – Nacpan Beach

Aujourd’hui, première « vraie » journée à El Nido et pour se reposer et profiter, direction Nacpan Beach, à environ 40min en scooter d’El Nido. La plage de Nacpan Beach, tout le monde en parle ici, c’est un peu un incontournable à ne pas manquer. Question trajet, mieux avoir les fesses et les reins solides, après 20 minutes de route goudronnée, place à la route de sable et de roches.

Pour ce qui du sable blanc, des coraux et une eau spectaculaire… que nenni! Rien de tout cela ici. En revanche, une immense plage, des vagues à nous enlever les maillots et des cabanes emmenagées pour lézarder toute la journée sous un parasol (200php / personne). Attention quand même au soleil qui tourne dans la journée, on a pu en faire les frais. Méga coup de soleil garanti si vous vous endormez 😉

 

3ème jour – Après la plage, la piscine.

Aujourd’hui, premier jour de grisaille depuis notre arrivée aux Philippines, et pour être honnête, après le trajet vers Nacpan Beach la veille, on a un peu les fesses en compote… Du coup, on teste El Nido en mode piscine.

Et pour ça, il suffit d’aller à l’accueil des hôtels et simplement leur demander si il est possible d’accéder à leur piscine. Au choix près de notre guesthouse la Villa Dali ou le Buko Hôtel. Pour nous ce sera le 2ème choix. On peut vous demander un prix droit d’accès. Apparement, pour nous, ils nous ont oublié (ou du fait qu’on est mangé aussi sur place, ils nous ont offert l’année).

 

4ème jour – El Nido Town.

 Aujourd’hui, on part réserver notre « island hopping », une chose est sûre, il y a de la concurrence, mais quelle agence choisir ?

Il existe 4 options de tours en bangka qui sont proposées habituellement aux touristes. Résultats : tous les bateaux souvent surchargés se retrouvent tous au même endroit au même moment de la journée jusqu’à créer des embouteillages dans certains lagons. On ne voulait pas explorer l’archipel de Bacuit dans ses conditions. On a cherché et on a trouvé une autre possibilité beaucoup plus sympa et qui permet de découvrir les fabuleux sites naturels à son rythme et en évitant les foules de visiteurs.

On est passé par Philippines à la carte, et honnêtement, on a pas été déçu ! Accueil et conseil au top et le tour des îles… A voir en détail, un voyage au paradis !

 

5ème jour – Las Cabanas Beach.

 Aujourd’hui on change de logement, on quite nos bungalows villas perdus dans la colline pour se rapprocher des bars et restau, et direction El Nido Vacation Home (chez Saar), patron d’un restau dans El Nido Town, le lieu est top ! Du coup ce sera récupération de l’appart-loft, et déjeuner au Happiness Beach Bar. Balançoires en guise de chaises, et nourriture méditerranéenne très « heathly » et mezze.

Et pour le programme de l’aprèm, direction Las Cabanas Beach, pas très loin. La plage n’est pas très grande, mais elle est plus proche que Nacpan Beach, à 10min environ du centre. Un centre commercial est en train d’y être construit juste avant d’y accéder, et les complexes hôteliers avec… D’ici 2-3 ans, ça risque fort d’être inaccessible. La plage est réputée pour une tirolienne qui permet d’accéder à une île juste en face…

 

6ème jour – Nacpan Beach, le retour

Aujourd’hui retour à Nacpan Beach, c’est reparti pour 40 minutes de scooter et une journée de détente sur la plage… Le top c’est que pour quelques pesos, vous avez le transat et le parasol pour la journée !

7ème jour – Repos

Repos du guerrier. Après une journée de plage la veille, d’une soirée dans El Nido Town et  plusieurs verres avec différents autres voyageurs rencontrées au fil de la soirée, aujourd’hui repos. Au programme : plage ! On se repose avant la journée excursion dans les îles prévues demain.

7ème jour – Le tant attendu Island Hopping

Small Lagoon, Nat Nat Beach, Cadlao Lagoon, Pasandigan Cove, Paradise Beach, Ipil Beach, Helicopter Island, Tapiutan Island ,Hidden Beach, Secret Beach & Matinloc Shrine… tant de noms que d’îles.. et sur le circuit de l’island hopping d’El Nido, il y en a près d’une vingtaine. On va te raconter notre journée, et une chose est sûre on est loin d’avoir été déçu !

Alors pour ce type d’excrusions, il faut s’attendre en effet à des hordes de bateaux qui suivent le même itinéraires et qui vous vendent des îles désertent.. sans vous prévenir que vous 50 au même endroit. On a réussi à échapper à cela !

Pour commencer, rendez-vous à l’agence Philippines à la carte chez qui nous avions réservé la journée. Un autre groupe de 4 personne se joint à nous, nous serons donc 6 ! Loin des groupes de 30 qui s’aglutinent sur les autres bateaux à l’entrée du port. Et avec un speed boat, direction les lagons, avant que tout le monde arrive. Et premier arrêt au Cadlao Lagoon. Le rêve éveillé ! Plongée dans une eau translucide au milieu d’un lagon, seuls au monde. Et quelques singes qui descendent des arbres pour nous saluer… la journée s’annonce paradisiaque. La visite se poursuit sur 3 autres endroits, sans grand intéret puisque nous retrouvons les bateaux des autres excursions…

Le capitaine l’a compris, ont veut éviter la foule, il nous emmene donc sur d’autres sites, au calme, loin de tout. L’avantage avec cette excursion, c’est que nous pouvons presque choisir notre itinéraire.

Pause déjeuner… Seul, perdu sur une île (qui s’avère être l’île où a été tournée l’émission Kho Lantha- Philippines), en effet, il n’y a rien ! Et là, c’est le paradis. Grillade poissons et viandes, en mode robinson crusoé, on peut pas rêver mieux !

Et pour la suite, direction le fameux small Lagoon, pour une découverte en kayak. Là aussi nous sommes seuls. Les visites se faisant le matin, il n’y a plus personne pour nous déranger et nous pouvons enfin croire que ces lieux nous appartiennent.

Verdict de la journée, c’était le rêve ! On vous conseille vraiment cette agence !

On mange quoi à El Nido ?

El Nido, tout comme les Philippines en général, n’a pas une cuisine locale très originale. Du fait de son histoire et ses récentes colonisations et influences hispano-américaines, sa culture culinaire est sûrement l’une des moins asiatique du continent. On y mange beaucoup de viandes grillées au barbecue (majoritairement du porc et du poulet), accompagnées de légumes et de riz, rien de bien folichon, je vous l’accorde. On a quand même réussi à dénicher quelques endroits qui méritent le coup de fourchette !

  • Republica Sunset bar Alors ça, c’est notre coup de coeur. Non pas pour la nourriture, mais pour le spot ! rendez-vous à 18h, prenez un siège face à la mer, prenez un cocktail ou une bière et le spectacle commence à 18h30. Le coucher de soleil ! Un des plus beaux endroits pour l’observer, spectacle et émotion garantie !
  • La Plage Restaurant tenu par des français, où vous retrouverez sûrement pas mal d’européenns, mais pour boire quelques verres et se poser en bord de plage, c’est le top. Et notre coup de coeur, le mojitos au basilic thaï !
  • Happiness Beach Bar C’est le restau de Saar, chez qui nous avions loué notre appartement. Simple et conviviale, et les mezzes sont plutôt bons.
  • Boodle Fight Restaurant Ca c’est le coup de coeur pour venir manger une planche de grillade poissons riz et fruits de mer pour quasi rien ! Et tu manges avec les doigts ! Le top !

En conclusion !

Voyager aux Philippines, c’est avoir des images de plages sublimes en tête mais à El Nido et dans l’archipel de Bacuit plus largement, nous n’avons pas été déçus. Nous avons eu l’impression de visiter le paradis sur terre.
Par contre, si on redescend un tout petit peu sur terre justement, El Nido est très touristique. Ainsi, tout est organisé en fonction du tourisme jusqu’au point où il est parfois difficile de s’évader hors des sentiers battus même en scooter. C’est notre ressenti, mais en faisant abstraction et en réussissant à trouver quelques coins ou quelques astuces, on peut réussir à se sentir seul. On y retournera sûrement !

Jour 8 et 9 – Entre terre et mer, 2 jours de rêve dans le village isolé de Port Barton

Réveil à Port Barton

Après notre journée marathon d’hier, et notre « mauvaise » surprise du soir suite à l’hôtel complet dans lequel nous avions réservé une chambre, qu’à cela ne tienne, objectif du matin : réussir à trouver un logement pour les prochaines nuits et programmer notre séjour autour de Port Barton !

Direction donc l’Oasis Hotel où nous devions dormir initialement, pour essayer de trouver une chambre. Petit déjeuner avec la proprio que nous avions rencontré la veille, et solution trouvée ! Faute de place et de chambre disponible, nous dormirons chez elle pour 800php par nuit (soit environ 14€) ! Parfait !

Nos 2 prochains jours à Port Barton peuvent commencer !

Port Barton ?

Avant de continuer, un peu d’explication. Si vous voyagez à Palawan et que vous cherchez un endroit avec de superbes îles tout autour mais moins touristique qu’El Nido, Port Barton est fait pour vous. C’est une destination pas très connue encore mais elle devient de plus en plus populaire à Palawan. Nous avons donc choisi de nous arrêter dans ce village côtier. Port Barton n’étant pas (encore) relié totalement par la route asphaltée, c’est toujours la promesse d’un mal de fesse récompensé par une ambiance paisible à l’arrivée.

Qu’on se le dise, Port Barton n’est pas le village hors des sentiers battus où vous serez le seul voyageur intrépide, mais il règne encore une belle ambiance où locaux et touristes se mélangent, où il y a une vie locale et une atmosphère non lissée par un tourisme trop présent (comme ça peut être le cas à El Nido).

Comment venir et se déplacer à Port Barton ?

Pour faire simple, Port Barton est encore un village un peu isolé, où vous arrivez et repartez en général en mini-van via les agences locales, et une fois sur place… tout peut se faire à pied. Le village, encore en chemins de terres dans lequel circulent très peu de voiture, est un vrai dépaysement et retour en arrière.

Pour venir, de nombreuses agences proposent des navettes en mini-van. Depuis l’aéroport de Puerto Princessa : 500php / personne.

2 solutions, soit vous décidez de rester sur place, de profiter de la plage, des sorties en mers et excursions ou de vous balader dans les rues, et vous n’avez alors besoin de rien d’autre que de vos pieds, soit vous pouvez louer un scooter à la journée pour partir explorer les alentours.

Pour notre première journée, option scooter : direction donc une petite boutique type boui-boui, pour louer nos scooters (500php / personne / jour).

Où séjourner à Port Barton ?

Côté hébergements, nous avions donc réservé une chambre à l’Oasis Hotel mais faute de place nous avons loué notre chambre directement chez la propriétaire de l’hôtel. Port Barton est assez petit et très vite convoité. Et en dehors du village il est difficile de trouver un hébergement proche… il vaut mieux être sûr d’avoir de quoi dormir avant d’arriver.

En visitant les alentours, nous sommes également tombé sur d’autres hébergements en dehors du village, loin de tout… le Evio Front Beach Cottage. Cadre idéal pour se sentir seul au monde.

Maintenant que vous savez où l’on est, voyons quoi faire à Port Barton.

 

On fait quoi à Port Barton ? : Les charmes de la mer, island hopping, plages et cascades

Au delà du charme du village, les beautés de Port Barton sont essentiellement accessibles en bateau. L’incontournable island hopping (tour des îles) vous sera proposé à tous les coins de rues. Chaque tour est nommé par une lettre : A, B, C, D… peut importe, au final votre capitaine pourrait bien changer un peu ses plans en fonction de la météo ou des envies des personnes à bord. En effet, on a l’impression que les intitulés sont copiés sur le système d’El Nido (où les différences de spots sont importantes).

Autre balade agréable, celle qui nous a mené jusqu’à la cascade de Papawyan Falls, accessible après 30 minutes en scooter à travers un chemin de terre pas encore trop fréquenté par la masse touristique, avant de finir la journée sur la plage ou dans l’un des bars du village.

 

Voilà la programme de notre séjour à Port Barton. C’est parti !

1er jour – direction « Papawyan Falls » et farniente sur les plages

Pour notre premier jour, direction la plage pour commencer. Fin de matinée, mauvaise idée, beaucoup trop de bateaux d’excursions qui attendent… On reviendra plus tard. En attendant, pause déjeuner au Miam Miam Glou Glou, petit restaurant tenu par un français expatrié. Le top ! Plein de bons conseils pour notre excursion de la journée. Et quelques plats typiques philippins à la carte (mais aussi français (si vous avez envie de raclette…))….

Direction donc les Papawyan Falls.. 10 minutes de scooter sur route de terre, puis 10 minutes sur chemin escarpé à slalomer entre rochers et cours d’eau avant de continuer à pied le long d’une rivière cachée dans la jungle. Dépaysement garanti et surtout fraîcheur et calme ! Il n’y a presque personne, seulement quelques locaux venus faire quelques sauts.. un conseil, ça ne sert à rien de rivaliser, ils sauteront toujours plus haut que vous !

Repos terminé, direction un petit coin perdu, conseillé dans la matinée : Evio Front Beach Cottage. Le mieux est de suivre la localisation GPS pour y arriver. Chemin de terre, route sableuse, petit pont en bambou, on y est ! Seuls au monde !
Et pour les plus « robinsons », ils font même chambre d’hôte avec repas servi sur le plage. L’endroit idéal pour se poser quelques minutes.

2ème jour – Island hopping et snorkeling

Aujourd’hui, direction les îles !  Ou plus précisément, le tour des îles. En cherchant un peu, vous trouverez toujours une agence locale qui vous proposera un tour des îles, en compagnie d’une dizaine d’autres personnes… Pas vraiment l’idéal pour se sentir seul au monde. Pour profiter un maximum, on a choisi directement de passer par celle chez qui nous dormons, la propriétaire du Oasis Hotel.

Une chose est sûre, nous n’avons pas été déçus ! Journée complète à 2500php / personne + carte environnement (environ 50€). C’est un peu plus cher que les autres tours (où il faut compter 25€ hors carte environnement), mais là, on est seul !
Littéralement ! Au menu, ce qu’on veut. Poisson ? Poulet ? Porc ? Qu’importe, aucune restriction alimentaire, ce sera donc la surprise… Et pour les îles.. départ à 9h, avant tous les autres bateaux et c’est parti pour une journée visite privée. L’idéal pour pouvoir profiter des différents spots de plongée sans être collés à 50 autres personnes. Au programme, île des étoiles de mers, plongée dans le repère des tortues (nous n’en aurons vu qu’une), et snorkeling en pleine mer au milieu de nul part. Et pour le déjeuner ? Repas frais sur une plage déserte, connue uniquement du capitaine, grillade de poisson frais, riz et fruits !

 

On mange quoi à Siquijor ?

Pour la partie repas, malheureusement là non plus rien de vraiment dépaysant, mais nous avons réussi à tomber sous le charme de 2 spécialités.

  • Pas d’adresse précise, mais une fois encore comme expliqué lors de l’excursion, la journée en bateau nous a réservé une vraie surprise au moment du déjeuner avec la préparation sur la plage du poisson et de la viande grillée. Barbecue local, un vrai bonheur !
  • LA surprise du séjour à Port Barton ! Pour la première soirée, petit tour sur la plage, bar, bière, musique et repas au Miam Miam Glou Glou. La surprise du soir : Le Kinilaw ! Une spécialité philippine. Il s’agit ici de poisson cru qui est cuits par ce que les Philippins appellent « le feu liquide », c’est-à-dire un liquide acide à base de lait de coco et de jus de calamansi (mini citron d’environ 1cm). Ce mode de préparation est commun à toutes les régions de l’archipel, même si les ingrédients varient en fonction des ressources locales. (et tout ça pour environ 6€).
  • Pour la dernière soirée, découverte du Gorgonzola Pizza, restaurant pizzeria. (2 pizzas + 2 ou 3 bières chacuns, on s’en sort pour 15€ environ…). +1 pour l’originalité du service.

En conclusion !

Nos deux premiers jours dans la province de Palawan ont été une vraie découverte, loin du tourisme de masse avec de grand complexes hôteliers, Port Barton a réussi (encore) à garder un sentiment d’authenticité. 2 jours de calme, et surtout de découverte des fonds marins dans des eaux translucides. Balade en forêt ou découverte des îles, on aurait pu y rester un ou deux jours de plus pour continuer de profiter de cette ambiance de paradis perdu.

Pour la suite direction El Nido, au nord de la province de Palawan, à environ 4h de voiture.

Jour 7 – De Bohol à Palawan, journée en transit pour rejoindre le village perdu de Port Barton

Départ pour Palawan

Aux Philippines, il faut avoir du temps pour passer d’une île à une autre. Et encore plus de temps lorsque l’on veut passer de la région des Visayas, à celle de Palawan. Parfois, on a le choix entre l’avion, le bateau ou le mini-van, parfois non, et parfois il faut tout enchaîner dans la même journée pour arriver à destination.

Il faut donc prévoir de sacrifier des journées de transport dans son voyage.

Et on n’est jamais à l’abri d’un coup de vent , d’une météo capricieuse ou d’un évènement quelconque pour voir son avion ou son bateau retardé voire annulé

Une journée de transfert…

La journée de transports que nous redoutions tant est arrivée. Une journée qu’on décrivait en mode Pékin Express.

7:00 – Au départ de Loboc, il a fallu prendre un taxi-tricycle, commandé la veille par notre hôte, puis un bateau, puis un taxi pour rejoindre l’aéroport de Cebu. Notre vol étant prévu en milieu de journée, cela nous fera arriver sur Puerto Princessa en milieu-fin d’après-midi où nous pourrons rejoindre par un van, Port Barton.

Ce n’est pas sans compter une annonce de retard de 5h de notre vol dès notre arrivée à l’aéroport. Et qu’importe les autres compagnies, cela nous ferait repayer un billet pour ne partir qu’à quelques minutes d’écart avec notre vol retardé.

11:00 – 18:00 – Attente dans la salle d’embarquement de l’aéroport de Cebu. Ne vous attendez pas à pouvoir flâner devant les boutiques, l’aéroport se résumé à une grande salle remplie de siège, le long desquels sont implantés différents stands de nourriture fast-food version asie…

Nous avons finalement réussi à décoller en fin d’après-midi. Une question se pose, pourrons nous rejoindre Port Barton, ou passer la nuit à Puerto Princessa… Dans le doute, on attendra la dernière minute pour réserver l’hôtel.

Challenge réussi et après un retard de plusieurs heures, direction Port Barton. Le mini-van nous attendait et c’est reparti pour 2h de route. Parfait, reste à trouver notre hébergement pour la nuit..

Pour faire simple, Port Barton est une petite ville faisant parti de San Vicente. Et quand on dit petite ville, c’est vraiment une petite ville. Donc, très peu d’hôtel, et ils sont quasi tous complet. Et peu importe le prix… Ce n’est pas sans difficulté que l’on arrive à finalement trouver une chambre pour la nuit. Pour la suite on verra demain…

Arrivée à Port Barton

A peine descendus du mini-van, que l’on se retrouve perdus en pleine nuit, au milieu de nul part… Heureusement qu’il y a une légère connexion 3G pour nous permettre de nous situer. Direction l’Oasis Hotel.

Hôtel complet ! Faute de connexion internet, les philippins ne sont pas branchés de façon systématiques à leurs réservation. Et notre chambre a été donné quelques minutes avant que nous arrivions… Galère… Ce n’est pas sans compter la débrouillardise de la responsable qui arrive à nous trouver une chambre d’appoint dans un autre hébergement, en attendant le lendemain…

 

Jour 5 et 6 – Visiter Bohol, l’étape incontournable lors d’un voyage aux Philippines

Départ pour Bohol

Après 3 jours passés sur l’île de Siquijor, nous revoilà parti pour l’île de Bohol. Billets réservés directement par internet, échanges au port et départ de Larena en milieu de journée (re)-direction Tagbiliran avant de rejoindre directement Loboc, plus au centre de l’île, pour être positionné près des principaux points d’intérêts. Après les 2 jours paradisiaques passés sur Siquijor, et avant d’aller explorer l’île de Palawan, nous allons d’abord explorer l’intérieur de l’île de Bohol pendant 2 jours en allant visiter en scooter les célèbres « Chocolate Hills » et les tarsiers qui sont les plus petits primates au monde.

Bohol ?

Avant de continuer, un peu d’explication. L’île de Bohol se trouve dans la région des Visayas dans la partie sud des Philippines. L’île est immense avec un peu moins de 5000 km2 ! Vous devinez donc qu’il y a énormément de choses à y faire en commençant bien sur par l’attraction phare de l’île, bien entendu des collines de chocolat (Chocolate Hills). Mais c’est également un des seuls endroits au monde où on peut y voir des tarsiers, de minuscules primates aux grands yeux vraiment adorables.

Comment se déplacer sur l’île de Bohol ?

Pour les plus longues distances, on peut embarquer dans l’un des nombreux jeepneys de l’île. C’est le moyen de transport le plus populaire aux Philippines. Il y a aussi l’option du minivan si tu passes directement par un hôtel que ce soit pour le trajet depuis le port ou pour les excursions. N’oublions pas les célèbres tricycles philippins bien utiles pour les plus courts trajets surtout lorsqu’on ne loue pas de scooter sur place. Idéal pour aller du port au centre de l’île, ensuite, pour nous, option scooter, que l’on loue via l’hébergement que nous avons testé près de la rivière Loboc. Le bon plan pour aller visiter les « chocolate hills » et aller à la rencontre des tarsiers par soi-même.
(500 php / scooter / jour).

Où séjourner sur l’île de Bohol ?

Côté hébergements, nous avons décidé d’opter pour un hébergement chez l’habitant, dans un bungalow sur pilotis au bord de la rivière Loboc, chez Jessa au Riverside Native House, où nous avons été accueillis au top ! Au calme au bord de la rivière, où le soir à partager les repas en famille, nous avons un très agréable moment.

Maintenant que vous savez où l’on est, voyons quoi faire sur Bohol.

 

On fait quoi à Bohol ?

2 jours de visite et de découverte à travers les paysages de l’île de Bohol, . Où exactement ? Contrairement à notre première étape d’une nuit où nous sommes restés près du port, cette fois nous partons explorer les alentours de Loboc, ou du moins en suivant les principaux points d’intérêts que nous indique l’hôte qui nous héberge. C’est parti pour environ 150km (en 2 jours) de routes, en suivant la route des principaux points d’intérêts… Chocolates Hills, Man Made Forest, tarsiers et chutes d’eau. Voilà la programme de notre séjour sur l’île de Bohol. C’est parti !

1er jour – direction les « chocolates hills » ou les collines de chocolat

Chocolates Hills – La plupart des voyageurs qui visitent Bohol vont en priorité visiter les « Chocolate hills ». C’est une particularité géologique de l’île de Bohol qu’il ne faut pas rater lorsqu’on voyage aux Philippines. Et évidemment, on ne va pas manquer à l’attraction… A peine arrivés chez notre hôte, et nous voilà repartis. Direction donc ces fameuses collines. A en lire tous les blogs et autres guides, il fortement conseillé de s’y rendre très tôt le matin pour observer le levé de soleil. Tant pis pour nous, et au vue de l’heure, ce sera donc le coucher. En chemin, passage obligé au niveau de la Man-made forest, une forêt façonnée par l’homme dont la symétrie parfaite vaut le coup d’oeil ! Et c’est au bout d’environ 1h de scooter à travers des paysages tout aussi fou les uns que les autres, que nous arrivons sur le site… plus que les derniers escaliers pour arriver arriver au point de vue. Très impressionnant ! Devant nous, une étendue infinie de dômes qui s’étendent sous nos yeux. Et un coucher de soleil en prime pour éclairer le paysage… Les « Chocolates-Hills » sont en fait une formation géologique unique composée de collines en forme de cône qui se ressemblent toutes. 1268 collines de calcaire recouvertes d’herbe et qui ouvrent une superficie de 50km². Une fois le soleil couché, retour dans la nuit pour dîner « local » à Loboc.. au menu chez l’habitant un plat typique spécialité des philippines… des pâtes à la bolognaise… Ce ne sera pas pour ce soir qu’on testera une nouveauté.

2ème jour – Scooters et visite des alentours de Loboc

Rencontrer les tarsiers sur l’île de Bohol Aujourd’hui au programme : visite du sanctuaire des tarsiers qui sont les plus petits primates au monde dans un centre de préservation de cette espèce animale très fragile. C’est une espèce en voie de disparition à cause de l’amenuisement des forêts aux Philippines. Les tarsiers sont donc à protéger. Les tarsiers sont dans deux centres sur l’île de Bohol : le Tarsier Sanctuary près de Corella et le Tarsier Conservation Area près de Loboc où les animaux sont dans des enclos. Deuxième option à éviter. En passant devant la veille en allant aux Chocolates Hills, les cars garés en file indienne laissaient supposés l’attrape touriste en masse. Direction donc la première option : Tarsier Sanctuary. Habituellement, ils sont cachés dans la journée dans les arbres à la même place toute la journée, au milieu de feuilles épaisses. L’équipe du sanctuaire en repère quelques uns tous les matins pour les montrer aux visiteurs curieux. De vraies peluches qui semblent avoir été posées là le matin même… Un seul mot d’ordre : le silence !

Les Chutes d’eau – Kawasan Falls et Camugao Falls – 2 chutes d’eau à environ 20 km du sanctuaire des tarsiers, en pleine jungle !  Les premières chutes sont aménagées pour le public, du coup un peu de monde sous la cascade. Les secondes sont un peu plus perdues. Entre les cascades et Loboc, c’est l’occasion de se balader au milieu de paysage de rizières et palmiers à couper le souffle !

Les lucioles de la rivière de Loboc – Pour notre dernière soirée à Loboc, direction les lucioles de la rivière Loboc. Le principe, un bateau vient directement nous chercher là où nous dormons et c’est parti pour 20 minutes de navigations dans la nuit pour atteindre les arbres à lucioles. Et une fois sur place, claquement de mains pour tout le monde ! Véritable feu d’artifice qui s’envole des arbres pour se transformer en nuage scintillant… Et c’est tout ! Honnêtement, pas vraiment de quoi modifier tous ses plans pour assister à ça… Demain journée « pékin express » au programme pour partir rejoindre la partie ouest des Philippines, l’île de Palawan.

On mange quoi à Bohol ?

Pour la partie repas, malheureusement là non plus rien de vraiment dépaysant.

  • Villagio’s Pizza Noté comme l’un des meilleurs restau-pizzeria de Loboc, parfait pour manger en plein après-midi quand tous les autres établissement sont fermés.
  • Pour le reste des repas, nous les avons pris directement chez notre hôte, Riverside Native House : petit déj et diner au top, même s’il s’agissait essentiellement de plats occidentaux !

En conclusion !

Nous avons bien apprécié l’île de Bohol, ou plus particulièrement Loboc. Logé dans un vrai petit coin paradis au centre de tous les points d’intérêts. Ce qu’on a aimé dans cette étape, c’est le fait de profiter à la fois de la jungle, des paysages à couper le souffle et du calme reposant le long de la rivière. En résumé, une belle deuxième étape de ce mois de voyage aux Philippines entre terre et mer. Pour la suite, direction l’île de Palawan…

Jour 2, 3 et 4 – découverte de l’île aux sorcières, 3 jours sur l’île mystérieuse de Siquijor

Départ pour Siquijor

Réveil difficile, nous avions réservé une chambre chez l’habitant la veille au soir, qui a été annulé dans la nuit. On fait quoi ? On cherche autre part ou dormir, il n’y a rien. On change nos plans ? Nous devions rester 2 jours sur Bohol pour ensuite rejoindre l’île de Siquijor pour 3 jours. Inversement de programme ! Il est 7h, direction le port pour prendre le premier ferry de la matinée et direction Siquijor. Les hôtels semblent moins pris d’assaut. Depuis Bohol, la route est simple. Du port de Tagbilaran à celui de Larena, directement via Oceanjet. Des départs réguliers et un temps de traversée en mer (2h), à peine le temps pour trouver un hôtel. Chose faite, on profite du trajet. L’occasion de croiser quelques dauphins qui nous accompagnent.  

Siquijor ?

Avant de continuer, un peu d’explication. Si vous vous attendez ici à voir les fameux paysages aux eaux turquoises au milieu desquelles surgissent les immenses pics rocheux, fameuse carte postale des Philippines, ce n’est pas sur cette île qu’on les trouvera. L’île de Siquijor est d’abord une île magnifique, à presque 90% recouverte de jungle et de palmiers où il règne une atmosphère particulière. On s’y sent bien, et c’est sûrement du au fait que l’île ne soit pas très prisée des touristes asiatiques et encore moins des Philippins. Pourquoi ? Sûrement à cause des histoires de sorcières qui habitent sur l’île. En plus de la sorcellerie, les habitants de l’île pratiquent également des rites voodoo notamment pour guérir des maladies. Mais promis, Siquijor est vraiment un endroit à visiter absolument. Les paysages sont magnifiques, et le top, vous ne trouverez pas beaucoup de monde qui visitent l’île et vous aurez donc ce paradis pour vous tout seul.

Comment se déplacer sur l’île de Siquijor ?

A peine débarqués, LA première chose à faire : louer un scooter ! Difficile de se déplacer sur l’île sans scooter. Directement à la sortie du port, le premier loueur avec pignon sur port (2100 PHP pour 3 jours soit environ 35 euros pour 2 scooters pour 3 jours), et direction l’hôtel.

Où séjourner sur l’île de Siquijor ?

A mi-chemin entre la ville de Siquijor et et le côté plage de l’île (San Juan), on sera pas mal. C’est d’ailleurs de ce côté que se trouvent la plupart des hébergements. Un premier aperçu le temps du trajet, on y est ! Enfin ! Paysages de rêves, soleil, chaleur, palmiers, buffles, poulets et cochons en liberté… Philippines nous voilà. Après la journée « galère » de la veille, nous voilà au paradis pour les 3 prochains jours ! Pour nos 3 jours on a séjourné au Blue Wave Inn. Face à la mer, dans de petits bungalows plantés au milieu d’un jardin de palmier, de fleurs de frangipaniers et d’oiseaux du paradis. La cadre est juste magnifique et nous avons très bien été accueillis.

Maintenant que vous savez où l’on est, voyons quoi faire à Siquijor Island.

On fait quoi à Siquijor ?

3 jours de farniente, 3 jours de détente ou de balades en scooter à travers l’île. Où exactement ? TOUTE l’île ! Ou du moins en suivant la route principale qui suit le littoral. C’est parti pour 120km, en suivant la route des principaux points d’intérêts, de quoi nous occuper toute la journée. Soleil, plage, cascades, snorkeling, rizières ou arbre magique. Et découverte de l’île. Voilà la programme de notre séjour. C’est parti !

1er jour – découverte et plage

Direction Paliton Beach, petite plage isolée, loin des hôtels, accessible par un petit chemin de terre (au niveau d’une église). Le cadre idéal pour commencer à nous mettre dans le bain. Finir la journée avec une opération masque-tuba devant un coucher de soleil.    

2ème jour – Scooters et visite de l’île

Balete Tree – L’arbre enchanté de Siquijor On commence notre première halte au Balete Tree qui est l’arbre le plus vieux de l’île. Aux propriétés magiques enchanteresses il est considéré comme un arbre sacré. Facile d’accès, en bord de route (on aura quand même perdu environ 40 minutes, à cause d’un panneau mal tourné, qui nous aura fait grimper dans les hauteurs de l’île – Qui soit dit-en passant, nous aura permis de traverser de petits villages isolés et d’avoir un point de vue spectaculaire. Petite particularité, au pied de l’arbre un bassin rempli de poissons. Fish pédicure gratuite ! – Enfin… 10PHP de droit d’accès (ouai, 0,17€). Donc au lieu de balancer du pain pour nourrir les poissons vous balancez vos pieds. Mais qui dit petits poissons, dit aussi ENOOORMES. Mais qui dit aussi lieu accessible facilement, dit déboulement de touristes en masses par mini-van. (Donc oui quand on dit qu’il n’y a pas ou peu de touristes, il faut entendre, il y en a moins qu’ailleurs…)

Les Chutes d’eau – Cambugahay Falls et Lagaan Falls 2 chutes d’eau à faire !  Les premières (Cambugahay), sont très connues, et donc… très touristiques. Mais genre touristiques, TRES touristiques. Car de touristes et rangées de scooters par dizaines. Par contre le site est juste… magnifique ! Il suffit juste de tomber à un moment moins fréquenté. Des bassins et des chutes d’eau fraiches, en pleine nature, version oasis paradisiaque ! Les secondes chutes (Lagaan Falls, situées à mi-chemin entre le Balete Tree et les Cambugahay Falls), sont plus discrètes et moins fréquentées. Moins de cascades, mais là, on est seul ! Et une fois les chutes d’eau dépassées, c’est parti pour la deuxième moitié de l’île en scooter. Au programme, paysages paradisiaques, jungles de palmiers, rizières à perte de vue, mangroves à marée basse… et retour à Larena, notre point d’arrivé de la veille.

3ème jour – Cascades et snorkeling

Fini les balades en scooter direction la plage. Mais avant ça, passage par d’autres chutes d’eau (que nous n’avions pas trouvés la veille), Lugnason Falls. Le principe, 12 cascades qui se suivent (12 cascades, 12 signes astro). Pour notre part, nous avons fait uniquement la plus basse. Bassin d’au fraiche et saut de cascades à 7 ou 8 mètres de haut, de quoi se prendre une belle claque ! Puis direction THE spot snorkeling. Ne cherchez pas plus longtemps ! Situé quasi de l’autre côté de la route du chemin qui mène aux Lugnason Falls : Tubod Beach. Petite plage résistante entre les 2 côtés du Coco Grove Beach Resort, c’est l’aquarium de Némo à 5 mètres de la plage. Au programme, journée snorkeling la tête dans l’eau, le dos au soleil pour nager au-dessus des anémones, coraux, oursins et poissons multicolores. De quoi clôturer en beauté notre séjour.  

On mange quoi à Siquijor ?

Pour la partie repas, malheureusement rien de vraiment dépaysant. D’une culture issue des hispaniques et des américains, il n’y a pas vraiment de quoi faire ressortir une spécialité locale. Burger, pâtes, pizzas ou frites. Ça ne nous a quand même pas empêché de tester quelques spots (à recommander… ou pas !)

  • Monkey Business Ambiance les pieds dans le sable. Littéralement. Et c’est le seul restaurant de l’île où nous avons pu goûter un semblant de plat typique : L’adobo de poulet (c’est pas non plus LE restau gastro)… Mais +1 pour le lieu et l’ambiance avec le groupe de musique live.
  • Baha Bar Celui là il est dans tous les guides… et on a pas compris pourquoi… Aucun intérêt. Nourriture et ambiance -1.
  • The Litlle Molmol Pizza On est arrivé par hasard au moment où nous finissions notre tour de l’île en scooter. Spécialités : pizzas. Tenue par un français, ça nous a bien dépanné en plein milieu d’aprèm quand tout les autres restau sont fermés.
  • Coco Grove Beach Resort La plage de Tubod Beach étant enclavé au milieu des 2 parties de cet hôtel, direction le restaurant pendant la pause snorkeling. +1 pour le cadre et la vue sur la mer.
  • Blue Wave Inn Là où nous avons dormi, nous avons été super accueilli. De super conseils pour visiter l’île ou même pour nous aider à réserver la suite de notre séjour. Cuisine et p’tit déj au top + 1 pour la vue combinée piscine + mer.

En conclusion !

L’île de Siquijor est un vrai paradis à 2h de bateau de l’île de Bohol. Ce qu’on a aimé dans cette étape, c’est le fait de profiter à la fois de la jungle et de ses cascades tout en pouvant se détendre pendant 2 jours puis de nous détendre au bord de la mer et faire du snorkeling en restant en bord de plage. En résumé, une belle première étape de ce mois de voyage aux Philippines entre terre et mer.

Nous avons adoré les endroits que nous avons visités. Entre les différentes chutes d’eau cachées en pleine jungle, une île quasi déserte de tout touriste, et des plages offrant des minis spots de snorkeling… l’idéal pour se dépayser et entamer nos premiers jours de ce séjour. En revanche nous ne sommes par contre pas encore tombés sous le charme des spécialités culinaire philippines… Dans l’ensemble, Siquijor est une excellente destination de vacances, que tu voyages seul, en couple, ou avec des amis.

Pour la suite, (re) direction l’île de Bohol…