Direction Hoï-An, 2 jours dans la ville aux lampions

Une nuit dans le train

Départ en train de nuit, une première ! Et si vous aviez lu le précédent article, nous étions en route pour Hué. Alors pourquoi « 2 jours à Hoï-An »? Tout simplement parce que nous avons changé nos plans à la dernière minute. Un peu déçus des vestiges vietnamien, nous misons sur le paysage local, et Hué, uniquement réputée pour son ancienne cité impériale, nous a fait douter de son intérêt. Et aussi parce qu’avant d’y aller, on a pu tomber sur le blog de Brice, qui décrit photos à l’appui, la visite pas à pas de à cité… Changement de billets, direction Da-Nang, puis Hoï-An, réputée pour son ancienne ville et ses lanternes.
À bord du train, couchette pour 4, que l’on partage avec 2 espagnols. Parfait. Pas de famille vietnamienne ayant acheté 2 places pour empiler toute une famille entière.
Il ne faut pas avoir le sommeil léger. En guise de nuit, ce sera plutôt un tour en montagne russes simulateur de mouvement. Arrivée à Hué à 9h, tout le monde descend. Tout le monde, sauf nous, on continue la route en train pour Da-Nang, réputée pour ses paysages entre montagne et mer.

Découverte de Hoï-An

À peine le temps d’arriver à l’hôtel, à l’extérieur de la ville, que l’on repart en scooter direction la vieille ville. Ici c’est l’effervescence de la ville, bien loin de la tranquillité de Tam-Coc. Difficile de trouver sa place au milieu des joyeux conducteurs, et dans une ville inconnue, je vous laisse imaginer la pagaille. Qu’à cela ne tienne, parking « surveillé » de trottoir, (ici pour se garer c’est très simple, il suffit de se mettre sur le trottoir et des gardiens improvisés vous surveille le scooter pendant votre virée, moyennant bien sûr) et en route pour arpenter les petites rues de la ville.

Ce qui frappe au premier coup d’œil, ce sont les couleurs de la ville. Des façades jaunes, rouges, roses… C’est ça qui illumine la ville. Ça, et les lanternes! Des centaines de lampions, en papier, en soie ou en bambous sont accrochés un peu partout.

En revanche, comme attendu, les rues sont surpeuplées de touristes. Des asiatiques pour la plupart. Il est difficile d’avancer sans être confronté à un groupe de parapluies ambulants. Pour nous ce sera virée sur les quais, déambulation dans les rues. Vivement ce soir qu’est les lanternes s’allument.

Comme espéré, la nuit venue, plus de « touristes ». Quelques occidentaux venus profiter du spectacle. Toute la ville change de décor et les façades colorées de la journée laissent place aux multitudes de lanternes qui éclairent les rues. Sur les façades des bâtiments, en guirlande suspendues dans la rue, dans les arbres, sur la rivière, il y en a partout. Le spectacle en vaut la peine.

Journée plage à An-Bang

Deuxième jour à Hoï-An, direction la plage de An Bang, considérée comme l’une des plus belle plage du Vietnam. La saison oblige, ce sera sous un ciel gris que nous la découvrons. L’occasion de nous attarder en terrasse de restaurant. Dans un boui-boui repéré par avance, les pieds dans le sable, vue prenante sur l’horizon de la mer de Chine, et pour repas, Saint-Jacques, écrevisses et autre crustacés… le top ! Pour la suite de la journée, plage, plage et plage avant que la pluie ne revienne.

Virée nocturne dans les rues de Hoï-An. L’occasion de se perdre dans un restaurant fréquenté à 200% par des locaux. Un conseil, mieux vaut ne pas être regardant sur le lieux, loin de toute notion d’hygiène européenne, en revanche, question nourriture… là on y est ! Fondue vietnamienne au poisson !

Demain matin, première heure, départ pour l’île de Phu Quoc, dans la mer de Thaïlande, à la frontière du Cambodge. Au programme, découverte de l’île et de ses plages…