fbpx

#3 – Jour 3 & 4 : Découverte de Kanchanaburi

par Juil 31, 2017Thaïlande0 commentaires

Arrivée à Kanchanaburi

On quitte Bangkok ! Départ 7h, et c’est parti pour 2h30 de route engouffrés dans un mini van, les sacs sur les genoux. Chose utile, cela servira de coussin pour finir la nuit! À peine le temps de sortir de la ville et de ses embouteillages (45 minutes plus tard en fait!) et en route pour Kanchanaburi.
Le trajet? Top! Ce qu’il s’est passé ? On a dormi !

Comment venir et se déplacer à Kanchanaburi ?

Pour faire simple, la plupart des voyageurs arrivent à Kanchanaburi en minivan depuis Bangkok. C’est le plus simple, et l’aller-retour se fait très facilement dans la journée. Mais dans ce cas là, vous n’aurez sûrement pas le temps de tout explorer. On peut donc arriver directement en minivan ou en train. Ce sera notre option pour repartir, car à l’inverse de comment venir, la question de comment repartir est plus difficile.

Pour se déplacer, le tuktuk ! Ou l’option bus de locaux pour les déplacement plus long, comme par exemple lorsqu’on a voulu se rendre aux chutes d’eau d’Erawan.

Où séjourner à Kanchanaburi ?

Côté hébergements, nous avons testé un hébergement qui était dans notre « to do list ». Quoi que l’expérience ne fût pas si géniale que ça…

  • Bamboo House Resort : Un petit havre de paix un peu à l’écart du centre, en bord de rivière. L’hôtel compte environ une dizaine de chambre, réparties dans des maisonettes individuelles faites de bambous, avec le strict minimum. Ventilateur, toilettes et douche rudimentaire. Mais le lieu est au calme, loin de la frénésie du centre. Pour notre chambre, nous avions opté pour l’option « on dort sur la rivière » ! Nous avions oublié un détail, lorsque les bateaux passent… la maison bouge !

Maintenant que vous savez où l’on est, voyons quoi faire à Kanchanaburi.

Arrivée à Kanchanaburi

Arrivés à Kanchanaburi, sacs sur le dos et en route vers l’hôtel (ou du moins un taxi qui puisse nous y déposer). Et là, sortie de nulle part, Mamie Disco Side-car ! 1m40, le sourire aux lèvres, les ongles dorés paillettes, assis sur une moto et nous faisant signe de nous approcher. Le temps de négocier la route, et nous voilà à rouler à toute allure (40kmh on dirait pas mais cramponné à une cage montée sur roue ça paraît être rapide), musique thaïlandaise en guise de fond, et karaoké de la part de notre hôte ! La magie opère. Et nous dévalons une des artères principales zigzaguant entre les véhicules.

Arrivés à l’hôtel et les chambres n’étant disponible que dans l’après-midi, nous négocions avec notre pilote une petite découverte de la ville, qui à notre connaissance se limitait à un point : celui de la rivière Kwai ! Et c’est parti! (Précisons au passage, qu’elle ne parle pas un seul mot d’anglais et que nous nous comprenons mutuellement à coup de signes, sourires, onomatopées, et autres moyens de langages universels…)
Pendant près d’une demi heure, les nouveaux paysages défilent, des « montagnes » se dessinent et des temples apparaissent, jaillissant de nul part, pour notre plus grand bonheur. Et toujours la musique en fond sonore. C’est parfait! Au passage, la découverte d’un immense cimetière chinois directement aménagé à même la colline. Des tombeaux en demi lune dispersés un peu partout en plein champ.

On fait quoi à Kanchanaburi ?

En résumé, Kanchanaburi c’est la ville, qui se concentre autour de quelques rues près de l’animation principale, le fameux pont de la rivière Kwai, rendu célèbre grâce au film. Mais il n’y a pas que ça à voir, et ses temples cachés semblent encore peu connu des visiteurs qui viennent pour la journée. C’est ce que nous allons découvrir dès notre arrivée.

 

L’attraction même de Kanchanaburi reste le pont au dessus de la rivière Kwaï, rendu célèbre avec le film. Pas vraiment de grand intérêt si ce n’est de le traverser et prendre une photo…

Autour de la ville, à quelques kilomètres facilement accessibles en scooter ou tuk-tuk se trouvent les temples Wat Tham Sua, Wat Tham Kao Noi et le temple dragon Wat Ban Tom. Si les deux premiers sont accessibles à pied ou via un ascenceur, où vous pourrez découvrir un immense bouddha doré surplombant la vallée, pour le second, il faudra marcher et monter les marches à travers la gueule du dragon, mais le point de vue en vaut le coup !

Plus loin, les chutes d’Erawan. Une succession de plusieurs chutes d’eau et bassin dans lesquels on peut plonger, sauter, ou simplement rester sous la cascade au frais ! Une escapade d’environ 7km à travers la jungle.

 

Maintenant que vous connaissez notre programme, c’est parti !

1ère journée : Découverte des temples et du pont de la rivière Kwaï

Wat Tham Sua et Wat Tham Kao Noi

Le premier arrêt ! Les temples Wat Tham Sua et Wat Tham Kao Noi, deux monastères bouddhistes, situés en haut d’une colline. Pour y accéder il faut gravir les marches. Mais Mamie Disco nous servant de guide, on opte pour l’ascenseur. Le site, éloigné de la ville, il n’y a quasi aucun touriste.
La découverte est grandiose. Un immense bouddha assis, recouvert d’or, dominé la vallée. Mamie Disco est là et nous fait visiter le site en nous indiquant les endroits à voir, des statuettes de bouddhas dispersés un peu partout, et des points de vues à couper le souffle. La rivière Kwai d’un côté, les étendues de rizières de l’autre !

Temple Dragon Wat Ban Tom

Et on repart pour le prochain spot. Le temple Dragon Wat Ban Tom. Arrivés sur place, un immense dragon, sorti directement de la montagne, et tirant la langue, invite les visiteurs à se faire avaler. Objectif: 675 marches à gravir. La montée est rude mais le résultat doit sûrement en valoir la peine. Sûrement… Arrêt à mi chemin. L’escalier semble sans fin, et chaque palier laisse découvrir une nouvelle série de marches. Interminable. Le point de vue intermédiaire reste néanmoins magique! Et la, descente est rude, les marches sont hautes, les genoux et les mollets souffrent. Pendant ce temps, Mamie Disco est partie acheté des mini-anguilles et poissons chats… ??? Repartis sur son engin, elle nous emmène en bord de rivière (un barbecue peut-être ??). Objectif: libérer les poissons et prier bouddha! C’est génial! Elle nous fait tout partager!

Le pont de la rivière Kwaï

Nous voilà repartis pour la dernière visite, le fameux « Pont de la rivière Kwai ». L’occasion sur le retour de traverser de nouveaux quartiers et de longer la rivière, nous laissant découvrir des moments de vie des habitants. Le dépaysement est total!

On arrive au point de chute. On quitte Notre chauffeur et en route pour le pont. Et quel pont! Plus célèbre par son nom et pour son histoire que pour son édifice en lui même. Rien à voir. Juste un ancien pont de voie ferrée traversant une rivière.

Pas de souci, le temps de s’arrêter dans un endroit manger (nouilles sautes, riz fris au crabe et poulet basilic), et il est temps de retourner à l’hôtel.
Chambre avec vue sur la rivière, les pieds dans l’eau, l’endroit est idéal. Petite virée dans la ville. Découverte d’un marché local, l’occasion de se laisser tenter par d’autres spécialités…

La soirée se finira tranquillement. Soupe Curry et Poulet fris au gingembre. Une des meilleures découvertes depuis notre arrivée ! Le top ! Et demain direction les cascades d’Erawan. Et avec cette chaleur, ce ne sera pas de refus ! Nous avons oublié l’option « piscine » à l’hôtel…

2ème journée : Les chutes d’eau d’Erawan

C’est parti départ pour là Parc Erawan et ses fameuses cascades. On retrouve Mamie-Disco (on l’a trouvé on la lâche plus!) qui nous dépose a la station de bus. Station de bus en Thaïlande = endroit où sont positionnés TOUS les bus de la ville qui partent dans TOUTES les directions; Soit environ une trentaine de bus, tous autant colorés les uns que les autres, dans un mouvement incessant d’allers et venus. Donc en gros, si tu parles pas thaï et si tu sais pas comment ça se passe, t’es perdu! Heureusement pour nous, notre pilote, toujours autant aux petits soins, nous dépose devant le bus qu’il faut, prêt à partir, il ne nous reste plus qu’à monter et attendre que ça se passe! Encore une fois, hâte de se mêler aux habitants et de pouvoir échanger ne serait ce qu’un sourire.
Raté, le bus est rempli à 90% d’occidentaux. Décidément les conseils du routard, il va falloir penser à s’en passer… Tant pis pour cette fois, c’est parti pour 1h30 de route en direction des chutes d’eau.

1h30 de traversée de nouveaux paysages à bord d’une machine bleu turquoise toute droit sortie de Bollywood et équipée en guise de climatisation, de ventilateurs rotatifs accrochés au plafond; Fenêtres ouvertes cheveux au vent, s’enchaînent champs de bananiers et forêts denses typique rappelant les paysages du nord (du moins ceux vu dans livres…)

Arrivée au Parc d’Erawan. À partir de là tout va se faire à pied. C’est parti pour 3km de marche. On est seul. C’est plutôt bon signe… Ok, on a trop vite parlé. Après 500m, on arrive à la première cascade, et là.. nous ne sommes plus tout seul. Familles, enfants, groupes de jeunes… il y sont tous… C’est pas grave, on continu! Le parcours compte 7 cascades, on trouvera bien un endroit tranquille pour se rafraîchir. Erreur… au fur et à mesure de la progression, le monde ne cesse d’augmenter. Et il n’est que 10h! Comment ça va être dans la journée?

Finalement sans plus trop se poser de question, on décide de monter directement jusqu’au bout du parcours. Heureusement que ça se passe à l’ombre, la chaleur ne cesse d’augmenter. On traverse les différents points de vue qui offre à la fois une ouverture sur le paysage et sur la rivière que l’on ne cesse de remonter. L’occasion également de croiser quelques singes, posés sur leurs branches, qui nous regardent passer. 1h30 pour arriver au sommet (équivalent d’une cinquante d’étages qu’il faudrait monter en escaladant arbre, lianes, et autres obstacles sorti de la jungle). Les jambes commencent à trembler. Et une fois en haut on fait quoi? Et bien vu le monde qu’il ne cesse de s’accumuler, on redescend! Tant pis pour la trempette! 3km dans un sens, 3km dans l’autre… Finalement, arrivée à la case départ, la première cascade qui laissait peu de places à la baignade, s’est vidée de ses adeptes. Ni une, ni deux, à l’eau! En précisant bien entendu que la baignade ne se fait pas seul… petits et gros poissons sont là. Alors c’est sympa la pédicure gratuite, mais on fait moins le malin quand il s’agit de se baigner à côté d’une carpe de 50cm!

Expérience intéressante… Mais qui dit monde sur place, dit qu’il faudra ramener tous ces gens, et avec un bus par heure… ça risque de s’entasser. On décide de prendre les devant et de rentrer plus-tôt. Après tout, on aura gagner nos 6km de marche en forêt ! Sur le retour, l’occasion de rencontrer deux jeunes français, eux aussi en périple à travers le pays, ça nous permet d’échanger et de faire passer le trajet plus rapidement. Retour à l’hôtel, il faut bien préparer la suite du périple… on en profite pour rappeler Mamie-Disco, qui arrive 5 minutes plus tard sur sa moto, et nous ramène, toujours dans un air de musique ambiante. On en profite pour lui donner rendez-vous le lendemain, direction la gare.

Le soir, on décide de tester un concept de restaurant (déjà repéré dans nos préparatifs de voyage) et vu la veille dans Kanchanaburi . Le Mukata. Le principe? À ciel ouvert, sur des tables en pierre dispersés dans un immense espace aménagé, déguster des fruits de mers et des viandes préparés sur un appareil combinant à la fois le principe du barbecue et celui de la soupe, permettant de faire à la fois griller les viandes et chauffer un bouillon qui servira aux légumes. Le top! Un immense buffet à volonté rempli de crevettes, crabes, palourdes, couteaux, et autres crustacés, mais également une vingtaine de viandes en sauce prêtes à être grillées.

Une super expérience qui mérite d’être renouvelée ! Et surtout… Que des thaïlandais ! (Enfin!) Après cette super soirée, il est temps de rentrer. Demain matin départ pour Sukhotai, la journée risque d’être longue!